« Quel avenir » pour les distributeurs indépendants de téléphonie mobile se demande « le blog telecoms » : les 250 distributeurs franchisés indépendants de SFR vont-ils disparaître ou plutôt à quelle échéance ?.

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

« Quel avenir » pour les distributeurs indépendants de téléphonie mobile se demande « le blog telecoms » : les 250 distributeurs franchisés indépendants de SFR vont-ils disparaître ou plutôt à quelle échéance ?.


Lyon, le 1er mars 2010 – le blog telecoms » http://telecoms.zeblog.com se demande si les distributeurs de téléphonie mobile ont « encore » un avenir. Quel avenir pour les indépendants et ceux qui souhaiteraient devenir franchisés ?

1996, SFR se lance à la conquête du marché du GSM et veut concurrencer France Telecom. Il cible donc des professionnels existants, des spécialistes issus de la radiotéléphonie. Ces « indépendants », au nombre de 297 « espaces SFR » fin 1997, apportent leur expertise, leurs compétences et la proximité indispensables à la création d’un marché de conquête.

Le réseau de distribution de SFR est créé par des « distributeurs indépendants ».

En 1998, SFR développe en parallèle « son » canal de distribution : SFD. Une filiale détenue à 51% par un groupe bancaire et à 49% par SFR. Etait-ce un groupe bancaire qui gérait la destinée d’un groupe de téléphonie mobile ?. Cette interrogation concerne la répartition capitalistique et la gouvernance de l’entreprise.

Courant 2000, SFD rachète 160 boutiques indépendantes du réseau Phone Shop à Avenir Telecom.

Chaque opération de « concentration » est encadrée par le Conseil de la Concurrence selon l’article 86-1243 du 1er décembre 1986. Par exemple :

  • courant 2007, le rachat du grossiste Stock Com par Bouygues Telecom a été notifié comme il se doit. Cette opération a été approuvée le 13 août 2007 par le Conseil de la Concurrence,

  • courant 2007, le rachat de la SCS Debitel par SFR a été notifié comme il se doit. Cette opération a été approuvée fin 2007 par le Conseil de la Concurrence.

Qu’en serait-il du rachat des 160 points de vente Phone Shop par SFR ?. Cette opération de concentration aurait-elle été notifiée comme il se doit ?. Cette autorisation aurait-elle été demandée ?. Accessoirement, qu’auraient pu en penser les distributeurs « indépendants » ?.

Depuis, SFR développe son canal de distribution en « propre » soit par croissance interne, soit par différentes opérations de croissance externe via SFD et via 5/5 : les rachats des réseaux de distribution indépendants EAF, Point Telecom, Aloha devenu e-Phone, Phone Shop,…ont permis progressivement de substituer au réseau historique « indépendant » le réseau « en propre » de SFR.

Le réseau a atteint 800 « espaces SFR » en 2009.

Le GSM s’est développé grâce à des indépendants. Selon une étude de GFK :

  • fin des années 1990, entre 10 000 et 13 000 boutiques existaient,

  • fin 2006, entre 6 500 et 7 000 boutiques, plus de la moitié des boutiques avaient disparu.

Que se passe-t-il désormais dans le secteur de la distribution de téléphonie mobile ?.

D’un marché de conquête, celui-ci n’est plus qu’un marché de renouvellement. Les intermédiaires nécessaires ne sont plus « utiles » dans la relation entre l’opérateur et le client final. Internet se substitue aux intermédiaires et accélèrera leur disparition. Les réseaux de boutiques en « propre » remplacent les « indépendants ». France Telecom Orange a son propre réseau. Bouygues Telecom a ses 580 boutiques « Club Bouygues Telecom ». SFR a ses 800 « espaces SFR ». L’avenir sur la distribution de Free n’est pas connu à ce jour.

Les deux réseaux de distribution « indépendants franchisés » et « en nom propre » vont-ils cohabiter longtemps ?. Là est « la » question.

L’intégration à marche forcée des « indépendants franchisés » de SFR a commencé il y a plusieurs années : les rachats par SFD ou 5/5 en sont un des moyens utilisés. Que deviennent les contrats des franchisés indépendants à l’issue des périodes contractuelles de 5 ans ?. Ont-ils la possibilité de valoriser leur activité face à SFR ?. Combien vaudrait un fonds de commerce acheté en centre ville par un indépendant qui en est le « propriétaire » mais qui n’est pas « propriétaire » de sa clientèle puisque celle-ci appartient à SFR ?. Qu’en disent les 250 distributeurs indépendants franchisés de SFR qui seraient « évincés » du réseau de distribution par SFR ?.

L’article du 10 novembre 2008 de Catherine Maussion sur le site Ecrans du groupe Libération intitulé « SFR, la franchise trop brutale » met en lumière les problèmes rencontrés par les 250 distributeurs franchisés indépendants de SFR :

  • nature des contrats (salarié ou non, indépendant ou non, agent commercial ou non),

  • procédures en cours sur la nature des contrats (un espace SFR a vu son contrat qualifié en contrat de travail ; SFR a fait appel et courant avril 2010, la Cour de Cassation rendra son jugement ; quelles conséquences ?),

  • éviction de 250 distributeurs franchisés indépendants annoncée par l’auteur de cet article, mais information non commentée ou démentie à ce jour, sauf erreur, par SFR.

Le marché de renouvellement se substitue à celui de conquête : n’est-ce pas dans le sens de l’histoire de penser que les 250 distributeurs indépendants seront évincés par SFR ?.

La seule question pour ces 250 indépendants est-elle de savoir « quand » ?. Ou plutôt « comment » ?.

Alors, qu’en est-il du recrutement de « nouveaux franchisés » par SFR ?. Un nouveau franchisé doit :

  • payer 10 000 euros de ticket d’entrée dans la franchise,

  • apporter 150 000 euros de capital de départ,

  • acheter un fonds de commerce en centre ville ou centre commercial d’au moins 80m2 (partons sur l’hypothèse d’au moins 1 million d’euros),

  • ,

Sachant que ce nouveau franchisé n’est pas propriétaire de sa clientèle, mais bien de son fonds de commerce, qu’il ne connaît pas vraiment son statut ou la nature exacte de son contrat, qu’il ne sait pas comment il se positionne vis à vis des réseaux en propre de SFR (SFD, 5/5),…, est-il totalement assuré de maîtriser son « avenir » ?.

Entre l’éviction probable des 250 distributeurs franchisés indépendants et des règles de fonctionnement sans doute appelées à être modifiées, investir pour devenir franchisé indépendant dans la téléphone mobile est ce « encore » d’avenir ?.

Cette question est posée.

« En ce qui concerne mon sentiment sur le sujet » explique Philippe Fontfrède le créateur et développeur du site « le blog telecoms » http://telecoms.zeblog.com/ « pour suivre mon quotidien, la suite de mes aventures ou de mon avenir…, venez sur « le site de philippe fontfrede…le blog d’un distributeur telecoms face aux tsunamis ! ». Sans oublier cet article du 14 février 2010 « Lettre ouverte d’un ancien distributeur telecoms laissé sur le carreau aux anciens dirigeants du groupe neuf cegetel, jacques veyrat et michel paulin. Et à son propriétaire actuel, SFR neuf cegetel » et celui du 20 février 2010 « Question aux anciens dirigeants du groupe neuf cegetel, jacques veyrat et michel paulin : « qui » aurait menacé « qui » ?. La suite de la lettre ouverte d’un ancien distributeur telecoms. Qu’en dit SFR, son propriétaire actuel ? »».


« le blog telecoms », le blog pour connaître et mieux comprendre le monde des telecoms et de l’énergie.

Rubrique « l’espace distributeurs - franchisés ».

Contact Presse : Philippe Fontfrède

http://telecoms.zeblog.com/

Rubrique « la charte du blog telecoms et comment me joindre ».

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »