L’irruption d’internet, en tant que nouveau canal de distribution, est-elle prise en compte dans les contrats de distribution de téléphonie mobile ?; le blog telecoms n’est pas convaincu ; qu’en pensent les espaces SFR ou les Clubs Bouygues Telecom ?,

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

confident and friendly business man portrait - isolated over a white background stock photo

L’irruption d’internet, en tant que nouveau canal de distribution, est-elle prise en compte dans les contrats de distribution de téléphonie mobile ?;  le blog telecoms  n’est pas convaincu ; qu’en pensent les espaces SFR ou les Clubs Bouygues Telecom ?,

Quel que soit le secteur d’activité, la distribution de services ou de produits s’appuie sur un nouveau canal de distribution qu’internet a rendu possible. Pour le seul secteur des telecoms, la virtualisation accentue l’immatérialité des relations entre les fournisseurs de services et leurs utilisateurs finaux, celle-ci étant par nature générée par ce secteur et diffusée par les outils qu’il crée. Le secteur des telecoms est donc le parfait exemple.

 

La diffusion de produits et services s’est historiquement développée grâce aux réseaux de distribution « physiques » : les boutiques telecoms de nos quartiers, des enseignes, des sociétés comme les espaces SFR ou les Clubs Bouygues Teleccom,…. Avant l’éclatement de la bulle internet, se posait déjà la question de l’émergence d’internet et des bouleversements engendrés dans tous les secteurs d’activité.

 

Depuis l’explosion de cette bulle, internet a pris le pas et progresse pour devenir « le » réseau de distribution majeur et incontournable. C’est le sens de l’histoire, même si  Michel Bon, l’ancien patron visionnaire de France Telecom, avait en son temps déclaré « internet, ça ne marchera pas »,

 

Pour autant, quels sont les secteurs qui ont intégré ce nouvel outil dans leurs contrats avec leurs réseaux de distribution ?.

 

Ce sujet semble totalement ignoré. Il est pourtant indispensable de voir les réseaux de distribution « physiques » se poser cette question, leur survie en dépend. Tout simplement.

 

Internet est un formidable outil de diffusion qui permet aussi de nouer un lien « direct » entre des fournisseurs et leurs clients finaux : tout possesseur de téléphone portable qui a souscrit à un abonnement dans une boutique, comme un espace SFR ou un Club Bouygues Telecom, s’est vu proposer un accès direct à son fournisseur grâce à l’extranet mis à sa disposition. Le lien entre l’opérateur et le client final est créé suite à la présence physique d’un distributeur et donc à son engagement. La souscription d’un nouvel abonnement sera proposée via cet extranet. Le distributeur initial, comme un espace SFR ou un Club  Bouygues Telecom, pourra donc être évincé au seul profit de son fournisseur.

 

Cette pratique a été clairement condamnée dans le secteur des voyages : le réseau de distribution du voyagiste Nouvelles Frontières s’est tourné vers la justice pour faire valoir ses droits dans la mesure où le site internet du voyagiste, générant prés de 20% du chiffre d’affaires, ne lui profitait pas. Le 29 janvier 2007, le Tribunal de Bobigny a demandé à Nouvelles Frontières de re-négocier les contrats de distribution afin de prendre en compte les « conséquences » du site internet. Les contrats initiaux ne portaient que sur les ventes en magasins, à l’exclusion d’internet. Pour les juges, il était donc légitime de revoir les termes du contrat tout en rappelant l’importance d’un « équilibre préservé » et d’une « harmonie tarifaire » entre les différents canaux de ventes.

 

Ce jugement rendu a-t-il fait jurisprudence ?. Est-il applicable dans d’autres secteurs d’activité ?. A-t-il été appliqué ?. Est-il applicable ou comment le faire appliquer dans le secteur des telecoms ?. Qu’en pensent les espaces SFR ou les Clubs Bouygues Telecom ?.

 

Ces questions sont posées,

le blog telecoms  peut aider à avancer sur le sujet en me contactant ici.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »