« SFR Numéricable ne craindrait « que » l’URSSAF et POLE EMPLOI ? » par [ LE BLOG TELECOMS ]

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Résultat de recherche d'images pour "urssaf"

[ LE BLOG TELECOMS ]

Communiqué de presse

Lyon, le 14 janvier 2016

« SFR Numéricable ne craindrait « que » l’URSSAF et POLE EMPLOI ? » par [ LE BLOG TELECOMS ]

2016, parlons peu, mais parlons bien. Car « tout s’accélère ». SFR a de très, très, très gros problèmes avec ses Distributeurs. L’Assemblée Nationale, Bercy et Matignon sont tous au fait de cette situation. Ils vont tous « intervenir » face à l’urgence dans tout le secteur de la Distribution du Numérique : SFR, Bouygues Telecom, Avenir Telecom, Telecom 1, Futur, LTI,… Car, ne pas agir amène à ce que potentiellement… plus de 60 millions de personnes Agissent !.

SFR « ne tolère pas » que des Distributeurs Espaces SFR soient devenus rétroactivement des Salariés SFR. Pourtant la Justice l’a jugé à plusieurs reprises et « définitivement ». Pourquoi ce déni récurrent de la part de SFR ?. « L’Argent, rien d’autre, mon capitaine ! ».

Il « resterait » 250 Distributeurs SFR Indépendants, ceux qui ont créé les Espaces SFR actuels, la Richesse actuelle de SFR et celle de Vivendi. SFR « devrait » donc, une fois ces Distributeurs « obligés » d’aller en Justice pour faire requalifier leurs contrats de distribution, « régulariser » leurs situations. Etrange d’utiliser ce terme, non ?. D’où viendrait cette image d’illégalité ?… Et c’est « là » que le bat blesse pour SFR : cela représente des sommes très, très, très importantes à « débourser ». SFR, et surtout son patron Patrick Drahi, se font plus remarquer pour ce qu’ils doivent que par la reconnaissance (du ventre) qu’ils devraient, humblement, à leurs Distributeurs…

Un inventaire à la Prévert ?. Potentiellement :

- 250 salaires à régler rétroactivement,

- combien pour les salariés des ex Distributeurs SFR devenus salariés SFR ?. L’ex DG Grand Public et Professionnel SFR (celui qui, après avoir démontré qu’il « regardait » (…), à mon insu, dans mes factures de téléphone mobile personnel, en juin 2010 m’avait de son téléphone professionnel, proféré des « menaces pour que je stoppe ma défense depuis 2004 des… Distributeurs du Numérique » et qui, ne l’ayant pas écouté, a bien mis ses « menaces à exécution » en février 2011 en m’assignant massivement, sans oublier de « résilier abusivement » ma ligne de téléphone mobile personnel, procédure définitivement perdue par SFR contre moi le 31/07/2015. Question d’ordre psychologique : d’où vient cette attitude « castratrice » de l’ex Vivendi SFR ?. Leur faudrait il sérieusement consulter ?), blotti ou réfugié depuis chez Vivendi, l’ex maison mère, avançait, avant son éviction par Patrick Drahi, le nombre moyen de 6 salariés par Espace SFR. Donc, on « approcherait » 1 500 Salariés à requalifier, en plus des 250 Distributeurs SFR devenus, eux aussi, des Salariés SFR. 1 750 Salariés, ça commence à faire du monde…, et surtout, beaucoup, beaucoup, beaucoup d’argent !,

- les bases de calculs :

o la Cour de Cassation avait demandé à SFR de payer rétroactivement les salaires d’un « distributeur » SFR puisque celui-ci est définitivement, selon la Cour de Cassation, en fait un « salarié SFR ». Soit 2 000 euros net/mois. Légalement, cela peut se faire sur 3 ans. Donc, un « distributeur » SFR pourrait recevoir 72 000 euros net de SFR, devenu son « employeur ». Soit pour 250 Distributeurs Indépendants, la somme totale nette de 18 millions d’euros. Quid des charges afférentes ?,

o La Cour d’Appel de Versailles avait demandé à SFR de payer rétroactivement les salaires d’un « salarié » d’un « distributeur » SFR, lui aussi devenu « salarié SFR ». Si on considère qu’un « salarié » ne serait rémunéré que 1 200 euros net/mois, légalement, cela pourrait se faire sur 3 ans. Donc, un « salarié » d’un « distributeur » SFR pourrait recevoir 43 200 euros net de SFR, devenu son « employeur ». Soit pour 1 500 Salariés, la somme totale nette de 64,8 millions d’euros. Quid des charges afférentes ?,

- mais ce n’est pas ce que craindrait SFR. Vivendi, l’ex maison mère, avait sans doute (?) du provisionner le risque dans son deal avec Patrick Drahi. Et qui a encore « trouvé » la réponse à cette question… ?. Moi !. Aussi simple que d’avoir trouvé, entre autre, les 4,366 milliards d’euros dans les 3 500 pages de Bilans Publiques de Vivendi, ex maison mère de SFR !,

- ce que craint désormais SFR dépasse ceux qu’il pensait contrôler : les Distributeurs. Puisqu’ils font « courageusement » requalifier leurs Contrats. Malgré les constantes pratiques « abusives » et « destructrices » de SFR envers eux, pour les en empêcher, les manipuler ou finalement les détruire, notamment auprès du Tribunal de Commerce de Paris…,

- car des Distributeurs SFR, devenus des Salariés SFR, ouvrent d’autres brèches. Je les aide, un peu, beaucoup,…, depuis 2004. Ils demandent à leur tour, rétroactivement, à l’URSSAF de rembourser leurs cotisations sociales ou celles aux Caisses de Retraite. Et c’est là que SFR se sent « piégé » : car, une fois les ex Distributeurs « remboursés » légitiment par l’URSSAF, ce qui est déjà le cas pour certains, l’URSSAF ira, à son tour, demander à SFR de… régler rétroactivement toutes ces cotisations !,

- et ce n’est pas tout : la « mécanique » se reproduira, par exemple, avec les charges salariales auprès de.. Pôle Emploi !,

- combien cela coûterait à SFR ?. Autrement posé : « quand » vais-je saisir l’URSSAF, Pôle Emploi, la Cour des Comptes, l’Inspection du Travail, les Services des Impôts, l’Autorité de la Concurrence, la DGCCRF,… ?. Quand « JE » le déciderais !. Car, n’en déplaise à certains, comme Vincent Bolloré ou Patrick Drahi, « sur [ LE BLOG TELECOMS ], le Patron, c’est Moi ! »,

- pour, peut-être, se terminer (?) avec le remboursement par SFR des Boutiques investies par les Distributeurs SFR devenus rétroactivement des… Salariés SFR !.

- en moyenne, une boutique de 80m2, coûte 2 millions d’euros. Rembourser les 250 Espaces SFR indépendants n’était pas « provisionné » par l’ex Vivendi SFR. Soit pas moins de 500 millions d’euros,

- auxquels on rajoutera le coût de l’investissement pour entrer dans la franchise SFR. Nous rappelons que pour devenir un Espace SFR, il fallait accepter les conditions imposées : 10 000 euros de droit d’entrée + 150 000 euros minimum de capital de départ + une boutique bien située,

- soit, pour les 250 Distributeurs Indépendants :

o 2,5 millions d’euros de droits d’entrée,

o 37,5 millions d’euros de capital de départ,

o soit un total de 40 millions d’euros,

- rassurez-vous, l’inventaire est à peine commencé… on ne faisait ici que s’échauffer !. « Chi va piano, va sano e va lontano ! ».

Après la « vraie nature des contrats de distribution » dans le Numérique depuis 15 ans, voilà ce qu’il faudrait « encore » cacher ?. Quel coût total pour SFR et l’héritier de « La Fifille à son Papounet » ?. A-t-il vraiment les moyens d’entretenir sa « danseuse » ?. Des ardoises, rien que 500 millions d’euros pour les Boutiques, 82,8 millions d’euros pour les Salaires, 40 millions d’euros pour les droits d’entrée dans la « Franchise » (la force des mots, le poids de la réalité ?),…, combien pour les charges, à l’URSSAF et à Pôle Emploi ?.

Au fait, qui a eu cette « lumineuse » idée ces derniers jours, d’annoncer dans la presse, que dans l’hypothèse du rapprochement de Bouygues Telecom avec Orange, ou, « comme au bon vieux temps », comment le Yalta des Telecoms referait surface, le réseau de Boutiques Bouygues Telecom serait cédé à ses… concurrents ?. Entre Free qui n’a « aucun besoin de Boutiques » et SFR Numéricable qui… « détruit ses Boutiques » !. « Que comptent les Distributeurs du Numérique et leurs Salariés, tous réseaux confondus, une fois les Enchères des 700 Mhz passées ? ». Posez donc la question à Emmanuel Macron et Axelle Lemaire !. La réponse, en « français » dans le texte : « entre la peste et le choléra », les 600 Boutiques de Bouygues Telecom sont, avec leurs 2 500 Salariés, elles aussi, irrémédiablement condamnées… Je vous laisse trouver le nom de cet « expert » !. On comprend pourquoi la France irait aussi mal ?. On frise l’Excellence, voir le Championnat du Monde !. Tiens, j’organiserais bien un petit dîner… il me reste juste quelques boites d’allumettes à la maison.

Voilà ce que l’Assemblée Nationale, Bercy et Matignon vont se « hâter » de faire régler. « Mais pas n’importe comment : à « ma » façon ». J’en suis « persuadé »… par l’ouverture « immédiate » de 3 Commissions d’Enquêtes Parlementaires : la Distribution du Numérique, les 4,366 milliards d’euros encaissés par Vivendi (SFR) et… le RSI. Dans cette histoire, qu’ont le plus à perdre Vivendi, SFR, Bouygues Telecom,…, l’Assemblée Nationale, Bercy et Matignon ?. Puisque le voile se lève sur ce grinçant manège vieux de 15 ans ?… Le château de cartes s’effondre.

« En ce qui concerne mon sentiment sur le sujet » explique Philippe Fontfrède le créateur du site [ LE BLOG TELECOMS ] dédié aux Distributeurs du Numérique et développeur de 2 653 articles depuis le 24 novembre 2006 auprès de sa communauté de 50 000 abonnés « dites à Vincent Bolloré, une fois qu’il aura fait régler les 4,366 milliards d’euros dus par Vivendi (SFR) aux Contribuables, qu’on a ici, chez nous, tous les ingrédients pour une saison franco-française explosive de House of Cards ! ».

A propos [ LE BLOG TELECOMS ]. Son fondateur : Lanceur d’Alertes depuis 2005. 20 d’ans d’expérience du monde de l’Entreprise. Salarié et patron dans le Numérique. Spécialiste et ardent défenseur de la Distribution du Numérique depuis 2004 : Administrateur National de la Ficome, Créateur de [ l’ADTITE ], Créateur de la Pétition Vivendi SFR doit rembourser les 3,8 milliards d’euros d’avantage fiscal et Créateur du blog « personnel » [ LE BLOG TELECOMS ] qui regroupe une communauté de 50 000 abonnés, pas que des professionnels du Numérique. Depuis sa création le 24 novembre 2006, à ce jour, 2 653 articles publiés et plus de 3 millions de visites. Twitter : @blogtelecoms. Contacts presse : Philippe Fontfrède.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »