[ La Sécurité Sociale soutient-elle celui qui veut récupérer les 4,475 milliards d’euros de Vivendi SFR pour la sauver ? ] demande [ LE BLOG TELECOMS ]

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Afficher l'image d'origine

[ LE BLOG TELECOMS ]

Communiqué de presse

Lyon, le 3 janvier 2017

[ La Sécurité Sociale soutient-elle celui qui veut récupérer les 4,475 milliards d’euros de Vivendi SFR pour la sauver ? ] demande [ LE BLOG TELECOMS ]

Voici la copie du courrier envoyé ce jour à Marisol Touraine, Ministre des Affaires Sociales et de la Santé.

” Madame la Ministre,

Depuis 2004, je défends nationalement, bénévolement et ardemment les intérêts :

- des Distributeurs du Numérique dans leurs relations avec leurs quelques gros donneurs d’ordre, ce sont de milliers de PME accompagnées de leurs milliers de Salariés, les PME et le Numérique, seuls créateurs d’Emplois Salariés et vecteur de développement de Notre Economie,

- des Contribuables financeurs avec leurs impôts de certains avantages fiscaux, comme par exemple celui accordé en 2004 par Bercy au groupe Vivendi SFR.

En « représailles », j’ai été ruiné, fort malmené, isolé, dénigré,…, et pour survivre puis vivre depuis 10 ans et continuer à poursuivre ce que je défends, on ne se frotte pas à de tels sujets/groupes/intérêts sans créer de profondes hostilités, il m’a fallu travailler dans des métiers bien différents de ceux occupés avant 2004.

C’est dans ce contexte que le 22 novembre 2013 et le 1 décembre 2014, j’ai été victime de deux accidents de travail. Le premier a des séquelles jusqu’à la fin de mes jours. Depuis le second, je suis donc en Arrêt de Travail. Le temps de m’ôter la moitié de mon poignet gauche puis celui de la rééducation. Accident de Travail devenu Arrêt Maladie entre le 7 juin 2015 et le 8 juin 2015.

Conséquences dont je n’ai jamais souhaité parler dans tout ce que je fais, tout ce que j’écris ou dans la poursuite de mes Engagements nationaux depuis 2004.

Pourtant, il me faut le faire et communiquer dessus car il me faut savoir si ce que je poursuis, à défaut d’en être remercié (…), ne serait pas pour autant « une fois de plus » sanctionné ?.

On dirait que les Lanceurs d’Alertes seraient protégés, sinon soutenus dans le cadre de la Loi Sapin II. Il me  semble avoir démontré factuellement que ceci n’était pas du tout réel… Et je ne serais pas un cas isolé, malheureusement.

Qui parmi tous les 577 Députés, Présidents de Commissions à l’Assemblée Nationale, de si nombreux Ministres, tous les Sénateurs, tous les partis Politiques,…, m’a soutenu lorsqu’à l’automne 2013, j’ai Agi pour faire avancer ce sujet que j’avais déjà abordé le 12 novembre 2007 (1), celui de l’Avantage Fiscal accordé en août 2004 à Vivendi par Bercy ?.

A part Catherine Lemorton, la Présidente de la Commission des Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale: personne. Protège-t-on le Lanceur d’Alertes que Je suis de cette manière ?.

Cela ne m’a pas empêché, tout en travaillant dur, de trouver le moyen d’en faire une Pétition Vivendi SFR doit rembourser les 3,8 milliards d’euros d’avantage fiscal (2) qui regroupe 33 000 Signataires.

Et de continuer à Agir, y compris au Pénal, pour faire Aboutir cet Engagement pour la Défense des Contribuables. Qui m’a aidé depuis et soutenu ?. Personne. Protège-t-on le Lanceur d’Alertes que Je suis de cette manière ?.

Pourtant, ces efforts ne sont pas vains : en effet, Bercy opérerait des Contrôles Fiscaux auprès de Vivendi, ancien propriétaire de SFR, sur ce sujet de cet Avantage Fiscal, dit du Bénéfice Mondial Consolidé. Qui m’aide depuis et m’a soutenu ?. A part 33 000 Signataires et quelques rares vrais journalistes : personne. Protège-t-on le Lanceur d’Alertes que Je suis de cette manière ?.

L’objet de ce courrier, qui sera mis en ligne sur la Pétition et largement diffusé pour qu’on constate ce qu’un Lanceur d’Alertes doit subir pour « oser » Agir pour la Défense de PME et de leurs Salariés dans le Numérique ou celle des Contribuables, est de vous demander d’Agir. Immédiatement.

Ou de clarifier par retour l’attitude de ceux qui composent le Gouvernement actuel. Aide-t-on vraiment un Lanceur d’Alertes « oui » ou « non » ?.

J’ai tout perdu depuis 2006. Qui ne le sait pas ?. Qui n’en connaît pas les causes ?. Pourtant, malgré tout, j’agis inlassablement. En bonne santé ou avec un poignet gauche bien altéré depuis cet accident de travail. J’avance, on ne me soutient pas du tout, je prends des coups bien seul, j’en rends aussi…

Je Défends les Entrepreneurs et leurs Salariés, les Contribuables. Je crois dans l’héritage de nos Services Publics comme ciment de notre société : les écoles, les hôpitaux, les infrastructures,…, ce que d’aucuns nomment le Bien Commun sans pour autant dépenser autant d’énergie à le Défendre. Sauf à s’indigner gratuitement ou à critiquer, sans jamais Agir. Ou annoncer vouloir le détruire…

Moi, depuis 2004, nationalement, j’Agis, sans filet, sans protection, sans moyens. Protège-t-on le Lanceur d’Alertes que Je suis de cette manière ?.

L’objet de mon courrier ?. Cet « énième » problème rencontré depuis mars 2015 dans la gestion de mon accident de travail. Je précise que tous les intervenants rencontrés dans la gestion purement administrative ont été extrêmement présents et très impliqués. Je les en remercie encore.

Mais une nouvelle fois, je suis confronté à « l’estimation » faite par un même Médecin Conseil. Je ne pensais pas devoir en arriver à une telle extrémité car cela ne me ressemble pas, je le révèle donc ce jour.

En effet, à quelques jours de l’ablation obligée de la moitié de mon poignet gauche, ce que tout le monde sait parce que cette information est partagée par tous et auprès de tous ceux concernés, depuis le 19 décembre 2016, ce Médecin Conseil a pris la décision de… me supprimer mes indemnités journalières !. De façon abrupte et inattendue.

Il me serait reproché (?) le temps écoulé pour que cette opération se fasse. Elle a été en effet retardée pour des raisons médicales : lorsqu’on a été volontairement (…) ruiné, mis à mort (…) à cause des Engagements connus de tous, on ne se soigne plus.

Donc des problèmes dentaires majeurs ont rendu cette opération impossible, tant que ceux-ci empêchaient de mettre les pieds dans le moindre bloc opératoire. Après de nombreux mois et soins dentaires peu « sympathiques », ceux-ci sont enfin résorbés. Ce que tout le monde sait.

D’où cette opération planifiée dans les jours à venir… au moment où ce Médecin Conseil a estimé que « médicalement mon arrêt de travail ne se justifiait pas ».

Ce qui, de facto, rendrait cette opération reportée sinon annulée. Alors qu’on me reproche de ne pas l’avoir déjà faite !. En effet, comment vivre au quotidien avant et pendant les mois après cette opération ?. Impossible. Donc pas d’opération ?.

Il me semble que je n’ai plus à supporter ou à encaisser tout ce qu’on me laisse « rencontrer » (…) depuis 2004. Que ma famille séparée, de fait à cause de mes Engagements, subit depuis 10 ans. Cela n’est plus possible et cela suffit !.

Tout ceci est clairement décrit et défendu dans ce courrier recommandé avec AR daté du 3 janvier 2017 envoyé à Monsieur le Président de la République. Courrier qui a vocation à rester confidentiel.

Je relis la décision rendue le 20 janvier 2016 par la CPAM dans son courrier. L’application des dispositions relatives aux Affections de Longue Durée est subordonnée à 4 obligations. Comme mentionné dans mes nombreux écrits au Médecin Conseil, j’ai réalisé, à ma demande, un Bilan de Compétences du 15 décembre 2015 au 3 mai 2016, pour lequel j’avais trouvé le financement. J’ai suivi tous les soins et le parcours de soins qui me sont demandés. Exactement tout ce qui m’est donc réclamé de faire et de suivre depuis le 20 janvier 2016. Y compris et surtout de faire soigner ces problèmes dentaires devenus majeurs…

Dans mon écrit du 14 octobre 2016 au Médecin Conseil, je lui indiquais la raison médicale qui motivait le renvoi de l’opération « en effet » annoncée initialement pour le 20 octobre 2016.

Je lui proposais « aussi » d’associer la Sécurité Sociale dans une démarche juridique personnelle, longue et coûteuse, à l’encontre de la très grande structure dans laquelle l’accident de travail était arrivé.

Associer la Sécurité Sociale, sauf erreur de ma part, avec des moyens financiers très limités qui sont les miens, c’est vouloir faire réparer les conséquences de l’accident de travail jusqu’à la fin de mes jours.

C’est « aussi » essayer de faire récupérer ce que la Sécurité Sociale m’a consacré depuis cet accident de travail.

Ma question exprimée sans détour : dois-je considérer que la décision rendue par recommandé avec AR le 21 décembre 2016 par le Médecin Conseil à mon encontre serait un juste retour de ma volonté annoncée ?.

Autrement dit, dois-je réellement consacrer cet argent que je n’aurais donc plus à vouloir participer, une nouvelle fois, au bon équilibre de la Sécurité Sociale ?.

Idem pour mes Engagements infaillibles, constants depuis 2004, pour la Défense du Bien Commun. Donc « aussi » pour la Sécurité Sociale ?.

J’exprime avec honnêteté mon sentiment face à cette nouvelle décision abrupte, à quelques jours de Noël et de l’opération du poignet gauche.

Seconde question : je vis comment depuis la décision rendue ce 21 décembre 2016 ?.

A titre personnel, je n’ai jamais fait le moindre lien avec ce que Je poursuis et ce que Je rencontre parfois dans ma vie privée… Ceci n’est surtout pas la façon dont je raisonne et j’agis. Surtout pas !. Mais la possibilité est laissée à d’autres de le penser ou de le croire. Peut-on empêcher les gens de penser ?.

Pour autant, la situation est, à nouveau, rendue impossible à vivre et à gérer au quotidien depuis cette nouvelle décision prise à mon encontre.

Est-ce la façon dont on traite un Défenseur ou Lanceur d’Alertes Engagé ?.

Je n’attends pas de traitement particulier, juste de pouvoir vivre, normalement. Ou tout du moins depuis 2004, le moins mal possible…

Le retour extrêmement rapide du Ministère des Affaires Sociales, de la Santé, de la Cohésion Sociale, de la Protection Sociale et de la Solidarité devient jour après jour vital. Tout ce qu’essentiellement, bénévolement et activement je Défends depuis… 2004, n’est-ce pas ?.

Je vous prie d’agréer, Madame la Ministre, l’expression de mes salutations distinguées et de mon profond respect.

Philippe Fontfrède

(1) http://telecoms.zeblog.com/269390-ou-en-est-la-proposition-1891-enregistree-a-la-presidence-de-l-39-assemblee-nationale-du-2-novembre-2004/

(2) https://www.change.org/p/vivendi-sfr-doit-rembourser-les-3-8-milliards-d-euros-d-avantage-fiscal/u/8936766

ps : copie par mails à Catherine Lemorton, Présidente des Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale + à tous les Députés + à tous les Sénateurs + aux Ministères concernés+…”.

« En ce qui concerne mon sentiment sur le sujet » explique Philippe Fontfrède le créateur du site [ LE BLOG TELECOMS ] dédié aux Distributeurs du Numérique et développeur de 2 705 articles depuis le 24 novembre 2006 auprès de sa communauté de 110 000 abonnés « à chacun de très vite et clairement se positionner… Car cela ne peut plus durer et cela suffit ! ».

A propos [ LE BLOG TELECOMS ]. Son fondateur : 20 ans d’expérience du monde de l’Entreprise. Salarié et Patron dans le Numérique. Spécialiste et ardent défenseur de la Distribution du Numérique depuis 2004 : Administrateur National de la Ficome puis Créateur de [ l’ADTITE ] puis Créateur du blog [ LE BLOG TELECOMS ] qui regroupe 110 000 abonnés. Attaqué en Justice par Vivendi SFR début 2011 : après une procédure de « 4 ans et ½ » et le record mondial de « 22 audiences », Vivendi SFR a perdu et Vivendi SFR a été condamné !. Ardent défenseur de l’Egalité Fiscale : Créateur de la Pétition Vivendi SFR doit rembourser les 4,366 milliards d’euros d’avantage fiscal et ses 33 000 signataires puis Créateur du Site Egalite-Fiscale. Ardent défenseur des PME confrontées aux Dérives du RSI : Créateur du Site Stop-RSI. Depuis sa création le 24 novembre 2006, [ LE BLOG TELECOMS ] ce sont, à ce jour, 2 705 articles publiés. Twitter : @blogtelecoms. Contacts : Philippe Fontfrède.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »