[ Emmanuel Macron et Agnès Buzyn laissent clairement la Sécurité Sociale asphyxier Le Lanceur d’Alertes Philippe Fontfrède ]

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

[ LE BLOG TELECOMS ]

Communiqué de presse

Lyon, le 26 juin 2017

[ Emmanuel Macron et Agnès Buzyn laissent clairement la Sécurité Sociale asphyxier Le Lanceur d’Alertes Philippe Fontfrède ] par [ LE BLOG TELECOMS ]

“Qui ne connait pas la façon, dont pour la 6ème fois, la Sécurité Sociale depuis mon Accident de Travail ose se comporter avec moi ?”. Voila ce qu’Emmanuel Macron et Agnès Buzyn Ministre de la Santé ont reçu par courriers suivis le 23 mai 2017. Comme depuis début 2017, Marisol Touraine et 40 Députés de Gauche appartenant à la Commission des Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale autour de Catherine Lemorton. Qu’en ont-ils tous fait ?. Rien !.

Je fais simple et uniquement focalisé sur ce qui me voit, une fois de plus, “asphyxié” et dans “une zone de non droit” par la Sécurité Sociale. Les faits :

  1. 19 décembre 2016, à la veille d’une opération de mon poignet gauche connue de tous (= la Sécurité Sociale), prévue tout début 2017, la Sécurité Sociale a “estimé” que “mon arrêt de travail n’était médicalement plus justifié”,
  2. donc, (nouvelle) coupure du versement de mes Indemnités Journalières, quelques jours “avant” d’être opéré !,
  3. je fais “appel” immédiatement et demande une expertise,
  4. celle-ci a eu lieu le 11 févier 2017 : “oralement, il m’a été dit que “l’estimation de la Sécurité Sociale” rendue le 19 décembre 2016 était infirmée (à quelques jours de cette opération connue de tous, cela semble relever du simple bon sens...),
  5. depuis cette expertise, la Sécurité Sociale, malgré mes nombreuses demandes écrites formelles et mes actions obligées, n’a toujours pas notifié sa décision suite à cette expertise qui m’a donné raison,
  6. j’ai constaté fin mars 2017, soit presque 3 mois et demi après la coupure de mes Indemnités Journalières, leur versement rétro actif. Ceci aurait du me contenter même si depuis, à ce jour, la Sécurité Sociale ne m’a toujours pas notifié sa décision suite à l’expertise,
  7. “et non !” car, depuis le 1er avril 2017, j’ai constaté qu’à nouveau, la Sécurité Sociale m’a, à nouveau et une fois de plus, coupé le versement de mes Indemnités Journalières !,
  8. j’ai envoyé un recommandé avec AR à la Commission de Recours Amiable réceptionné le 23 mai 2017 par la CRA de Grenoble, pour savoir de quoi il retournait. Une fois de plus “aucune réponse”,
  9. sur quoi est basée ma démarche ?. Le Code de la Sécurité Sociale est très clair, il prévoit et répond très simplement à ce genre de problèmes,
  10. selon l’Article R141-5 que je cite “La caisse doit prendre une décision et la notifier au malade ou à la victime dans un délai maximum de 15 jours suivant la réception des conclusions motivées“. En clair : l’expert prend une décision, il la motive, envoie ses éléments à la Sécurité Sociale qui a 15 jours pour “notifier” par écrit sa décision à l’Assuré. L’expertise a eu lieu le 11 février 2017 et nous sommes le 26 juin 2017…,
  11. n’ayant, à ce jour, toujours pas vu la Sécurité Sociale me “notifier” sa décision par écrit, j’ai par ma saisine de la CRA de Grenoble “demandé le rétablissement immédiat et rétroactif au 1er avril 2017 du versement de mes Indemnités Journalières”. Je suis, suite à ce grave accident de travail, en Maladie Longue Durée jusqu’en… juin 2018,
  12. cette “demande “en application de l’Article R441-15 du Code de la Sécurité Sociale que je cite “Les prestations des assurances sociales sont servies à titre provisionnel conformément aux dispositions de l’article L.371-5 tant que la caisse n’a pas notifié la décision à la victime ou à l’employeur et, le cas échéant, tant qu’il n’a pas été statué par la juridiction compétente“,
  13. en très clair : “pas de décision notifiée = pas de décision = rétablissement immédiat et rétroactif du versement des Indemnités Journalières“,
  14. encore beaucoup plus clair : j’ai demandé qu’on me fournisse une copie de la preuve d’envoi de la notification de la décision par courrier recommandé de la Poste par la Sécurité Sociale… Réponse = “aucune”, donc “”pas de décision notifiée = pas de décision = rétablissement immédiat et rétroactif du versement des Indemnités Journalières“,
  15. encore beaucoup, beaucoup, beaucoup plus clair : j’ai indiqué existence du courrier simple daté du 12 avril 2017 du Médecin Conseil en Chef de Grenoble et réceptionné le 15 avril 2017. Celui-ci indique que “suite à l’expertise du 11 février 2017, la décision me sera notifiée par la Sécurité Sociale”. Sans décodeur : même le Médecin Chef Conseil du siège Régional de Grenoble, Responsable direct du Médecin Conseil qui a “estimé” mon état le 19 décembre 2016 “sans m’avoir vu” depuis juin… 2016, écrit que la décision ne m’a pas été notifiée. Depuis, à ce jour, elle ne l’est toujours pas !,
  16. donc, entre le 19 décembre 2016 et fin mars 2017 = plus d’Indemnités Journalières, puis versement rétroactif ET depuis le 1er avril 2017 = plus d’Indemnités Journalières !,
  17. certaines personnes sensibles à cette situation inadmissible et inacceptable, m’ont “conseillées” de demander à Pôle Emploi de me ré-ouvrir mes Droits au Chômage, pour simplement “vivre et manger”. Le “piège” serait d’accepter de le faire car cela donnerait, de fait, raison à la Sécurité Sociale = les Allocataires Pôle Emploi sont “en capacité de travailler, ce qu’a estimé, à tort, la Sécurité Sociale le 19 décembre 2016 !. Ré-ouvrir, par obligation, mes Droits est sans doute la chose attendue par la Sécurité Sociale ?.

Ceci ne concerne “que” cet épisode depuis le 19 décembre 2016. Car la CRA de Grenoble a bien “constaté” dans ma saisine obligée que celui-ci n’est que le dernier d’une longue liste “depuis” mon Accident de Travail géré depuis le début par le même Médecin Conseil de la Sécurité Sociale qui rapporte au siège régional de Grenoble… Celui-ci est le “dénominateur commun” dans l’entière gestion de mon dossier depuis l’accident de travail… Voici une description : défaut de diagnostic du Médecin Traitant d’alors et de la Sécurité Sociale au moment de l’Accident de Travail + à nouveau, défaut de diagnostic de la part du même Médecin Traitant et du même Médecin Conseil + un passage “obligé” (…) d’Accident de Travail en Maladie, du jour au lendemain, pour le même Accident de Travail (= une perte mensuelle nette de 600€ depuis 24 mois…) + une “estimation” faite le 19 décembre 2016 par le même Médecin Conseil “infirmée” ensuite, qui a vu mes Indemnités Journalières coupées 3 mois et demi + leur coupure depuis le 1er avril 2017.

Emmanuel Macron et Agnès Buzyn lisent comme tout le monde ce que certains journalistes écrivent sur “Mes aventures” depuis 2004. Ils ont le même courrier de ma part depuis le 23 mais 2017 et n’ont toujours pas, comme la Sécurité Sociale, répondu à quoi que ce soit !. Que faut-il en penser ?. Pour avoir un élément de réponse, voici ce que la journaliste Mathilde Régis a écrit dans on article le 22 juin Philippe Fontfrède, l’homme qui voulait récupérer les milliards des télécoms ! : “Depuis le 19 décembre 2016, je me trouve dans une situation de non-droit la plus totale. Heureusement que je ne raisonne pas comme certains voudraient que je le fasse, en faisant le lien entre les coups de pied que je mets dans les fourmilières et ce qu’il m’arrive à titre personnel, car la Sécurité sociale, ce n’est qu’un exemple”.

« En ce qui concerne mon sentiment sur le sujet » explique Philippe Fontfrède le créateur du site [ LE BLOG TELECOMS ] dédié aux Distributeurs du Numérique et développeur de 2 727 articles depuis le 24 novembre 2006 auprès de sa communauté de 110 000 abonnés «  Emmanuel Macron serait bien avisé (…) de ne pas laisser une telle situation perdurer. Ma Vie est, une fois de plus, mise en grand danger. Ce qui oblige à me porter assistance. Cette situation, comme il le sait et désormais les 577 Députés dont les 308 En Marche le savent depuis ce week end, me voit littéralement asphyxié !. Cela m’oblige à avancer et forcer les choses, pour simplement vivre et manger… Cette obligation m’impose à changer de braquet dans ce que Je poursuis depuis 2004, ce qui n’a, bien évidemment, “aucun lien avec cette inadmissible situation avec la Sécurité Sociale”… En êtes-vous bien convaincus ? ».

A propos [ LE BLOG TELECOMS ]. Son fondateur : 20 ans d’expérience du monde de l’Entreprise. Salarié et Patron dans le Numérique. Spécialiste et ardent défenseur de la Distribution du Numérique depuis 2004 : Administrateur National de la Ficome puis Créateur de [ l’ADTITE ] puis Créateur du blog [ LE BLOG TELECOMS ] qui regroupe 110 000 abonnés. Attaqué en Justice par Vivendi SFR début 2011 : après une procédure de « 4 ans et ½ » et le record mondial de « 22 audiences », Vivendi SFR a perdu et Vivendi SFR a été condamné !. Ardent défenseur de l’Egalité Fiscale : Créateur de la Pétition Vivendi SFR doit rembourser les 4,366 milliards d’euros d’avantage fiscal et ses 33 000 signataires puis Créateur du Site Egalite-Fiscale. Ardent défenseur des PME confrontées aux Dérives du RSI : Créateur du Site Stop-RSI. Depuis sa création le 24 novembre 2006, [ LE BLOG TELECOMS ] ce sont, à ce jour, 2 727 articles publiés. Twitter : @blogtelecoms. Contacts : Philippe Fontfrède.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »